Droit congolais de la famille - Filiation, régimes matrimoniaux, successions et libéralités.pdf

Droit congolais de la famille - Filiation, régimes matrimoniaux, successions et libéralités PDF

Louvrage intitulé Droit congolais de la famille paraît plus de deux décennies après la promulgation du Code de la famille dont il tire son fondement. Il a lavantage de corriger certaines pratiques jurisprudentielles erronées et desquisser des solutions sur des questions importantes ayant trait au droit des successions et laissées dans lombre. Outre le droit des successions, de façon simple et didactique, lauteur aborde également les thèmes suivants : filiation, lien matrimonial, régimes matrimoniaux et libéralités. Cet ouvrage sadresse aux étudiants, aux praticiens du droit, principalement aux magistrats, aux notaires et à tous ceux chargés de lélaboration de la règle de droit. Il peut en effet leur apporter des informations et des éléments de réflexion intéressants, au moment où lEtat congolais envisage une relecture de lensemble des codes en vigueur. Grâce aux nombreux tableaux et exemples chiffrés, le lecteur, même profane, comprendra aisément la matière traitée. Il sagit en effet dun livre très pratique, de portée générale, écrit dans un langage simple. Toute personne désireuse de sinformer sur le droit des successions réputé complexe ne manquera pas dy trouver des informations utiles, des réponses à ses questions. En effet, comme le dit si bien lauteur, chacun de nous, à un moment ou à un autre de sa vie, devra traiter pour lui-même ou pour ses proches des questions concernant le mariage ou les successions.

TÉLÉCHARGER

LIRE EN LIGNE

TAILLE DU FICHIER 9.97 MB
ISBN 9782296040915
AUTEUR Antoinette Kebi-Mounkala
FICHIER Droit congolais de la famille - Filiation, régimes matrimoniaux, successions et libéralités.pdf
DATE 03/02/2020

04/01/2012 · Le code de la famille promulgué en 1987 réglemente les régimes matrimoniaux, les successions et les libéralités. Mais ces dispositions ne sont pas appliquées sur terrain par manque de connaissance de la loi et de sa vulgarisation. Or, la loi n’est véritablement utile que lorsqu’elle est connue.