Carmen - Etude dune catégorie sonore romaine.pdf

Carmen - Etude dune catégorie sonore romaine PDF

La littérature latine nous a habitués à donner au mot carmen un sens noble, celui de chant poétique, de poésie. Cest par ce terme que Lucrèce, Virgile, Horace et les autres grands poètes de la Rome antique ont désigné leurs vers. Mais ce livre vient nous rappeler que ce mot pouvait aussi sappliquer à des chants qui navaient rien de poétique, les formules dincantation que prononçait un magicien, ou encore à des chants qui ne relevaient pas de la voix humaine, comme le chant des oiseaux, la musique dune trompette.On avait, il est vrai, relevé depuis longtemps cette polysémie et on en avait rendu compte par limpression musicale analogue quauraient donnés tous ces carmina. Maxime Pierre affine lanalyse et dénonce ce quil appelle les apories de lapproche classique du sens. Il note que ce ne sont pas tous les instruments de musique dont on dit quils chantent, mais en particulier linstrument de commandement militaire (la trompette ou le cor), ni tous les cris animaux qui ont droit à une désignation comme carmen, mais seulement ceux émis par les oiseaux. A létude des emplois anciens du terme, appliqués au chant des oiseaux, lauteur constate une concentration sur les cas où ce chant a valeur de présage. Quant au carmen émis par les hommes, on le rencontrait à lorigine en priorité dans des contextes juridiques ou religieux. Derrière lhétérogénéité apparente des occurrences se cache une caractéristique commune: ces différents carmina ont toujours un rôle injonctif, visent à obtenir un résultat. Par le chant des oiseaux, les dieux enjoignent à lhomme de se comporter de telle manière et il en va de même pour les ordres donnés par le général à ses troupes par le signal de la trompette - ou pour linjonction donnée par le magistrat détenteur du pouvoir de vie et de mort au bourreau daccomplir son office. Même les carmina adressés aux dieux - que ce soit dans un but positif ou négatif, par un prêtre de la cité ou par un magicien - ont précisément ce sens: on y note lemploi de limpératif, contrairement à dautres types de prières aux divinités qui ne sont pas désignées comme des carmina. Dans ces carmina primitifs, certains aspects formels sont assurément sensibles (recours fréquent à des répétitions, des allitérations, etc.), mais ce nest pas cela qui permet de les définir comme tels. Lusage fait à lépoque classique de la notion pour ranger sous le terme toute forme de poésie, outre quil avait du mal à rendre compte, sinon par une analogie peu convaincante, du chant des oiseaux ou de celui de certains instruments de musique, témoigne dune évolution sémantique qui a abouti à dépouiller le mot de la valeur spécifique quil avait à lorigine.

TÉLÉCHARGER

LIRE EN LIGNE

TAILLE DU FICHIER 8.79 MB
ISBN 9782251328942
AUTEUR Maxime Pierre
FICHIER Carmen - Etude dune catégorie sonore romaine.pdf
DATE 08/02/2020

Carmen : étude d'une catégorie sonore romaine …