Rémi Fraisse, un an après

source : Reporterre

source : Reporterre – Photo de Rémi Fraisse publié avec l’accord de ses parents – ne pas utiliser sans leur accord

source : le monde.fr

source : le monde.fr – Un monument à la mémoire de Rémi Fraisse, érigé en une nuit sur le site du barrage de Sivens à Lisle-sur-Tarn le 20 octobre 2015. ERIC CABANIS / AFP

Dans la nuit du 25 au 26 octobre 2014, vers 2h00 du matin, Rémi Fraisse, militant pacifiste, est mort après avoir été atteint par une grenade offensive lancée par un membre des forces de “l’ordre” lors de l’attaque de ces dernières de la ZAD (zone à défendre) du barrage de Sivens.
Un an après, les conditions de cette mort sont loin d’être claire, cf. l’article du monde du 23/10/2015 “Mort de Rémi Fraisse : l’enquête bâclée de la gendarmerie”.
Comme on le voit dans l’article du Monde, les éléments de la thèse que défende les gendarmes sont en contradiction avec les éléments du dossier sur lequel elle se fond.
Le commandant de la gendarmerie mobile, deux heures après la mort de Rémi aura ces mots : « Je tiens à préciser que le préfet du Tarn, par l’intermédiaire du commandant de groupement, nous avait demandé de faire preuve d’une extrême fermeté. »
On voit ce qu’a donné cette consigne du préfet, représentant de l’état.
Ainsi que le souligne un rapport de 75 pages de la LDH (ici un résumé): “Pour parvenir à faire évacuer définitivement le site de ses occupants, l’autorité politique a délibérément pris le parti de faire exercer à leur encontre, par les forces de l’ordre, un niveau de violence considérable. […] La survenance d’un drame et la mort d’un homme étaient dans la logique du dispositif mis en place”.
Pour donner un exemple de la non transparence qui règne sur ce dossier, les magistrats ont refusé aux avocats de la famille de Rémi Fraisse, les auditions du préfet et de son directeur de cabinet, pourtant responsables des opérations de maintien de l’ordre.

Un an après, des manifestations de solidarité devaient avoir lieu, organisées par plusieurs associations à la mémoire du jeune homme.
Le maire de la commune concernée, Lisle-sur-Tarn, a pris un arrêté interdisant ces manifestations, mais dans sa grande mansuétude, l’a autorisée aux membres de la famille de Rémi, accompagnés des forces de “l’ordre” (dont un/des membre(s) est/sont à l’origine de la mort de Rémi Fraisse) (voir décret ici).

Lire ici le témoignage des parents de Rémi Fraisse pour Reporterre.

Nous demandons à la municipalité de Conflans Sainte Honorine, d’observer une minute de silence lors du prochain conseil municipal du 9 novembre, à la mémoire de ce jeune homme totalement pacifiste.

source du texte ci-dessous : LDH

Disparition de la stèle à la mémoire de Rémi Fraisse : la course à l’abjection

La stèle à la mémoire de Rémi Fraisse, installée à l’endroit où le jeune militant écologiste a été tué par une grenade offensive lancée par un garde mobile il y a un an, sur le site de Sivens, dans le Tarn, a disparu dans la nuit du 27 au 28 octobre. C’est devant cette stèle que se sont recueillies, le 25 octobre, les personnes désireuses de lui rendre hommage, au moment où se déroulait également une cérémonie à Plaisance-du-Touch, près de Toulouse, à laquelle participait la LDH.

Cet acte odieux, perpétré en catimini, indique que des groupes violents continuent à agir en toute impunité sur le site, en entretenant un climat de tension qui avaient déjà été à l’œuvre pour tenter de façon perverse, mais sans succès, d’empêcher le déroulement du rassemblement de recueillement.

Cet événement confirme la réalité de pratiques dénoncées par la LDH dans son récent rapport d’enquête citoyenne sur les conditions ayant conduit à la mort de Rémi Fraisse. Il souligne l’absolue nécessité de sortir les faits du flou et de la manipulation des informations qu’entretiennent les divers responsables policiers et politiques impliqués. Car le risque est grand, dans ces conditions, de voir se clore la procédure judiciaire en cours, sans que la vérité sur les responsabilités en jeu ne soit connue.

Print Friendly, PDF & Email
Facebooktwittergoogle_plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Un petit calcul :) *

http://www.confluence-ecologie-solidarite.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_bye.gif 
http://www.confluence-ecologie-solidarite.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_good.gif 
http://www.confluence-ecologie-solidarite.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_negative.gif 
http://www.confluence-ecologie-solidarite.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_scratch.gif 
http://www.confluence-ecologie-solidarite.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gif 
http://www.confluence-ecologie-solidarite.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gif 
http://www.confluence-ecologie-solidarite.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cool.gif 
http://www.confluence-ecologie-solidarite.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_heart.gif 
http://www.confluence-ecologie-solidarite.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_rose.gif 
http://www.confluence-ecologie-solidarite.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_smile.gif 
http://www.confluence-ecologie-solidarite.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif 
http://www.confluence-ecologie-solidarite.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yes.gif 
http://www.confluence-ecologie-solidarite.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cry.gif 
http://www.confluence-ecologie-solidarite.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_mail.gif 
http://www.confluence-ecologie-solidarite.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_sad.gif 
http://www.confluence-ecologie-solidarite.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_unsure.gif 
http://www.confluence-ecologie-solidarite.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif 
 

Post Navigation