Archives de la catégorie: Démocratie

Conférence débat sur les médias

Conf Médias CRC 1

Les médias occupent une place centrale dans nos vies et nos façons de voir et comprendre le monde. Que ce soit par la radio, la télé, le journal ou sur Internet, nous les consultons quotidiennement pour savoir ce qui se passe autour de nous. Pourtant, lorsqu’on leur pose la question, les gens n’ont majoritairement pas confiance dans les médias. Pourquoi ?

De nombreuses questions se posent autour du pouvoir des médias et du traitement de l’information. Pourquoi 90% des médias en France sont-ils détenus par une dizaine de milliardaires ? A quel point la culture de l’info en continu et la domination du temps court a-t-elle un impact sur la capacité des médias à analyser ou à vérifier les sources ? Les médias sont-ils vraiment pluralistes, quand on constate que sur de nombreux sujets, les mêmes analyses et les mêmes discours se retrouvent partout ?

Face à cela, de nouveaux médias apparaissent, portés par des initiatives citoyennes. Les médias alternatifs fleurissent sur Internet et les réseaux sociaux. Leur volonté est de se réapproprier collectivement l’information et d’assumer des points de vue divergents. Mais, comment éviter de retomber dans les mêmes dérives ? A l’inverse, comment faire pour ne pas basculer dans le complotisme ou la diffusion de fausses infos ?

Tommy Lasserre a participé à la création du « Fil d’Actu », un média citoyen ayant pour slogan « le média qui donne du sens à l’information ». Quelle analyse ? Quelle démarche ? Quels enjeux ? Y assurant désormais une fonction proche d’un rédacteur en chef, il viendra débattre avec vous !

Facebooktwittergoogle_plus

Réponse à « Charles, un élu »

Vu sur « Conseil Facebookal entre Conflanais » ce commentaire d’une personne prénommée « Charles, un élu » à propos de la pétition lancée sur internet contre la coupe des tilleuls de la place Fouillères :

« …Je connais la personne qui a lancé la pétition : C’est la femme d’un opposant politique qui essaye simplement de faire le buzz …»

De cette simple phrase, on retient plusieurs choses de ce que peut penser « Charles, un élu » :

  • une femme qui s’exprime en lançant une pétition est avant tout identifiée comme « femme de », elle ne peut apparemment pas avoir une pensée propre en dehors de son mari, les autres « femmes de » apprécieront.
  • le simple fait d’être la « femme d’un » opposant politique est déjà hautement suspect (voire le simple fait d’être opposant politique ?)
  • ne pas être du même avis que la majorité municipale est vu comme une volonté de « faire le buzz »

Lire la suite →

Facebooktwittergoogle_plus

Intempestif, vous avez dit intempestif ?

Au début du dernier conseil municipal du 23 mai, Jean Pierre  Lacombe a informé que les élu.e.s du groupe Conflans Energie Populaire  voterai.e.nt contre l’approbation du procès verbal du conseil municipal précédent.

En effet, ce procès-verbal ne contient pas l’intégralité des interventions des élu.e.s CEP, comme cela avait déjà été (également) le cas lors du procès-verbal précédent.

Laurent Brosse a d’ailleurs lui-même précisé lors de cette séance qu’il avait enlevé du procès-verbal les interventions « intempestives » de Jean Pierre Lacombe.

Au cours du même conseil municipal, suite à des interventions orales de Jean Pierre Lacombe, Laurent Brosse lui a de nouveau signifié que certaines de ses interventions ne figurerait pas dans le procès-verbal, car elles étaient « intempestives ».

Ainsi donc, Monsieur Laurent Brosse, tel un maître d’école distribuant les bons points, décide de ce qui est intempestif de ce qui ne l’est pas !
Instit1

Sur la base de quels critères ? Mystère !

Afin que les Conflanais comprennent bien cette notion Brossesque de « l’intempestivité », quelques exemples pour les éclairer :

Par exemple, lorsqu’un conseiller municipal de la majorité utilise les termes « écolos-socialistes » à l’encontre de l’ancienne majorité, ce n’est surement pas intempestif, mais un « bon mot ».

(Peut-être faudrait-il rappeler à ce conseiller municipal, que les élu.e.s de l’opposition, même s’ils ne font pas partie de « Les Républicains », on droit à un minimum de respect)

Lorsque Jean Pierre Lacombe critique telle ou telle décision municipale, et ce de manière argumentée, il agit donc de manière « intempestive » ?

Curieuse vision de la démocratie, que l’on pourrait qualifier de censure ?

La solution serait d’enregistrer les séances du conseil municipal et de les diffuser, afin que les Conflanais.e se fassent eux-mêmes une opinion sur ce qui est « intempestif » de ce qui ne l’est pas.

Nous y veillerons lors du prochain conseil municipal.

Facebooktwittergoogle_plus

Soutien au journal des Deux Rives

Le Journal des 2 Rives risque de disparaître et a besoin de votre soutien !

Un concert de soutien au journal est organisé le samedi 14 mai à Maurecourt (78) : Hommage aux sixties et seventies. La guitare de Marc Minet et la voix Marina Benomar, artistes locaux, vont vous transporter aux moments les plus symboliques du Rock & Folk.
En ouverture de ce concert, de la guitare classique avec Elena Gill: Bach, Piazzola…
Venez passer une bonne soirée et contribuer au bénéfice du J2R.
Entrées : 8 € et 5 € (tarif réduit).

Lieu : Gérard Blondeau, 6 rue de la Gare, MAURECOURT 78740

——-> Toutes les informations ICI <------

Facebooktwittergoogle_plus

Pour l’hébergement des sans-abris et des réfugiés

Oui à l'hébergement des sans-abris


et des réfugiés


Devoir de fraternité - Manifestation


Samedi 7 novembre à 11h00


A Conflans, devant la péniche "Je Sers"


Pour la dignité, soyons tous ensemble !


Organisé par le Collectif de Soutien aux Migrants et Tibétains


Venez nombreux !


Des gens sont dehors, les solutions d’hébergement existent !


Entre 150 et 200 réfugiés tibétains et sans-abris vivent et dorment dans les rues de nos communes, dans la boue des champs d’Andrésy, dans celle des étangs du Corra à Achères, dans des péniches à Conflans. Certains trouvent abri dans des familles de Conflans, Andrésy, Maurecourt et Chanteloup.


On ne peut pas laisser un être humain dehors : Dignité pour tous !


Exerçons notre Devoir de Fraternité imposé par la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme.
Exigeons du Préfet des Yvelines, de nos élus la réquisition immédiate des logements et locaux vides. Notre pays est riche, soyons généreux !
Des solutions existent :
- La Sous-préfecture de Montmorency
- La CPAM de Cormeilles-en-Parisis
- La base militaire de Taverny
- Une partie du Camp des Loges à St Germain
- Les locaux du CFI à Andrésy…


Pour contacter le collectif : collectiftibetainsconfluence@gmail.com

Visualiser le tract ici

Facebooktwittergoogle_plus

Rémi Fraisse, un an après

source : Reporterre

source : Reporterre – Photo de Rémi Fraisse publié avec l’accord de ses parents – ne pas utiliser sans leur accord

source : le monde.fr

source : le monde.fr – Un monument à la mémoire de Rémi Fraisse, érigé en une nuit sur le site du barrage de Sivens à Lisle-sur-Tarn le 20 octobre 2015. ERIC CABANIS / AFP

Dans la nuit du 25 au 26 octobre 2014, vers 2h00 du matin, Rémi Fraisse, militant pacifiste, est mort après avoir été atteint par une grenade offensive lancée par un membre des forces de “l’ordre” lors de l’attaque de ces dernières de la ZAD (zone à défendre) du barrage de Sivens.
Un an après, les conditions de cette mort sont loin d’être claire, cf. l’article du monde du 23/10/2015 “Mort de Rémi Fraisse : l’enquête bâclée de la gendarmerie”.
Comme on le voit dans l’article du Monde, les éléments de la thèse que défende les gendarmes sont en contradiction avec les éléments du dossier sur lequel elle se fond.
Le commandant de la gendarmerie mobile, deux heures après la mort de Rémi aura ces mots : « Je tiens à préciser que le préfet du Tarn, par l’intermédiaire du commandant de groupement, nous avait demandé de faire preuve d’une extrême fermeté. »
On voit ce qu’a donné cette consigne du préfet, représentant de l’état.
Ainsi que le souligne un rapport de 75 pages de la LDH (ici un résumé): “Pour parvenir à faire évacuer définitivement le site de ses occupants, l’autorité politique a délibérément pris le parti de faire exercer à leur encontre, par les forces de l’ordre, un niveau de violence considérable. […] La survenance d’un drame et la mort d’un homme étaient dans la logique du dispositif mis en place”.
Pour donner un exemple de la non transparence qui règne sur ce dossier, les magistrats ont refusé aux avocats de la famille de Rémi Fraisse, les auditions du préfet et de son directeur de cabinet, pourtant responsables des opérations de maintien de l’ordre.

Un an après, des manifestations de solidarité devaient avoir lieu, organisées par plusieurs associations à la mémoire du jeune homme.
Le maire de la commune concernée, Lisle-sur-Tarn, a pris un arrêté interdisant ces manifestations, mais dans sa grande mansuétude, l’a autorisée aux membres de la famille de Rémi, accompagnés des forces de “l’ordre” (dont un/des membre(s) est/sont à l’origine de la mort de Rémi Fraisse) (voir décret ici).

Lire ici le témoignage des parents de Rémi Fraisse pour Reporterre.

Nous demandons à la municipalité de Conflans Sainte Honorine, d’observer une minute de silence lors du prochain conseil municipal du 9 novembre, à la mémoire de ce jeune homme totalement pacifiste.

source du texte ci-dessous : LDH

Disparition de la stèle à la mémoire de Rémi Fraisse : la course à l’abjection

La stèle à la mémoire de Rémi Fraisse, installée à l’endroit où le jeune militant écologiste a été tué par une grenade offensive lancée par un garde mobile il y a un an, sur le site de Sivens, dans le Tarn, a disparu dans la nuit du 27 au 28 octobre. C’est devant cette stèle que se sont recueillies, le 25 octobre, les personnes désireuses de lui rendre hommage, au moment où se déroulait également une cérémonie à Plaisance-du-Touch, près de Toulouse, à laquelle participait la LDH.

Cet acte odieux, perpétré en catimini, indique que des groupes violents continuent à agir en toute impunité sur le site, en entretenant un climat de tension qui avaient déjà été à l’œuvre pour tenter de façon perverse, mais sans succès, d’empêcher le déroulement du rassemblement de recueillement.

Cet événement confirme la réalité de pratiques dénoncées par la LDH dans son récent rapport d’enquête citoyenne sur les conditions ayant conduit à la mort de Rémi Fraisse. Il souligne l’absolue nécessité de sortir les faits du flou et de la manipulation des informations qu’entretiennent les divers responsables policiers et politiques impliqués. Car le risque est grand, dans ces conditions, de voir se clore la procédure judiciaire en cours, sans que la vérité sur les responsabilités en jeu ne soit connue.

Facebooktwittergoogle_plus

Les “oublis” de la mairie sur le guide des associations

Les Conflanaises et Conflanais ont reçu dans leur boîte à lettre le dernier « Vivre à Conflans », qui était accompagné du guide des associations, comme tous les ans à cette époque de l’année.
Notre association, Confluence Ecologie Solidarité, ayant plus d’une année d’existence, devait y avoir sa place.
C’est donc avec une grande surprise que nous nous sommes aperçus de son absence sur ce guide censé recenser toutes les associations de notre commune.
IL permet entre autre aux Conflanaises et Conflannais de chercher parmi les associations existante celle qui pourrait convenir à leurs attentes afin de s’investir dans le riche tissu associatif de notre ville.
Ce manque de visibilité pour notre association nous est extrêmement préjudiciable, n’ayant pas les moyens financiers de nous faire connaître à l’échelle de la commune.
Ce regrettable « oubli » fait suite au refus de la mairie de nous accorder une place sur le forum des associations qui va avoir lieu ce samedi 5 septembre : cela fait beaucoup !
Nous espérons comme nous le demandons sur le courrier adressé à Monsieur le maire et à Madame la conseillère municipale chargée de l’action sociale, qu’un erratum sera publié sur le prochain VAC, afin de dissiper les doutes que nous pouvons légitimement avoir sur les raisons de ces « oublis ».

Facebooktwittergoogle_plus